Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CV

 

Publié par CaroAgain

 MARIE CLAIRE

"A bout de couple"
"La mariée mise à nue"
"La fabrication d'un mensonge"

Romans

Mars 2007




CA FAIT RÉFLÉCHIR
On connaissait les livres coup de poing, Catherine Castro nous offre un livre coup de boule. Implacable, notre collaboratrice met le couple à poil avec objectivité, lui retirant ces paillettes médiatiques et publicitaires qui nous le vendent sans relâche comme l’ultime idéal social. Ce voeu d'exclusivité sexuelle est tellement considéré comme notre unique voie de salut, que le célibataire heureux de l'être est perçu comme un libertin, un taré ou un looser. Comme si le mariage ne charriait pas un lot invraisemblable d'aberrations et de souffrances, comme s’il était cohérent de s'accrocher quand le bonheur s'est fait la malle. Loin d'une froide démonstration, le cri de l’auteure part du coeur : si elle nourrit tant de rage envers cette figure sociale imposée, c'est parce qu’on y abîme ce qu'il existe de plus précieux au monde. Et que "le couple est à l'amour ce que le strass est au diamant : une contrefaçon". Violent, mais convaincant.
"A bout de couple", de Catherine Castro (éd. Denoël, 10 €).



POURQUOI IL FAUT LIRE LE NOUVEAU NIKKI GEMMEL

1 - Parce qu'il y a des choses qu'on ne
dit ni à ses copines, ni à son conjoint, et qui méritent d'être entendues. Nikki Gemmel propose une plongée en apnée dans les profondeurs du mariage, particulièrement dans les obscurs replis de sa chair.

2 - Parce que cette romancière australienne, tranquille mère de famille, a secoué le monde entier avec cette « vraie fausse autobiographie », lâchée d'abord sous anonymat afin d’éviter l'autocensure.

3 - Parce que dans ce journal intime écrit à la deuxième personne, elle raconte d'une plume toute nue comment une gentille épouse, amoureuse et trahie, décide soudain de partir à la recherche de son plaisir et de son ego. Qui deviendront sa came.
Mi-Ingénue libertine, mi-Desperate Housewife, elle s'étonne et s’égare, pour se trouver là où on ne l’attend jamais. 

4 - Parce que
La Mariée mise à nu, dédié « à tous les maris », se veut un manifeste du désir féminin, aussi brutalement honnête que rougissant de questions candides. Ce qu’une femme adore au lit. Ce qu’elle y déteste. Comment la maternité perturbe la sexualité. Et, surtout, la difficulté de dire clairement ce qu'elle veut à son partenaire.

5 - Parce qu'on referme ce délicat roman, qui réveille les sens avec bon sens, en se posant beaucoup de questions sur soi et sur l’autre. Il est temps de se mettre à table.
« La mariée mise à nu », de Nikki Gemmel, traduit de l’anglais par Alfred Boudry (éd. Diable Vauvert, 22€).


Dans son roman, Audrey Diwan, journaliste et écrivain, a mis trois livres. Détails.

Un livre de filles : L'amitié passionnelle d'une jeune femme effacée, timide et sans histoire, pour une petite star de quartier charismatique, grande gueule et fonceuse - on pourrait croire le thème usé jusqu'à la corde. L'auteur nous prouve le contraire avec éclat. Raphaëlle, bourgeoise de 25 ans trop gâtée (et cadrée) pour désirer quoique ce soit, rencontre Lola. Mère célibataire pleine d'expériences baroques, Lola trimballe effrontément ses galères et ses ruses, dotée d'un sex-appeal cheap assorti à son vernis à ongles écaillé. Et comme Raphaëlle, on la suit.

Une diatribe anti-mariage : Dans la miteuse boutique de robes de mariées où l'une travaille pour l'autre, Raphaëlle va être initiée à une révolution féministe luttant contre le mariage, cette "machine à bousiller les gens", "qui aurait dû disparaître en même temps que l'esclavage, la traite des Noirs et la peine de mort". La marche anti-nuptiale sonne juste, d'un ton qui ressemble à Lola - direct, coloré et efficace.

Un roman d'apprentissage : En traversant cette amitié-ouragan, Raphaëlle va surtout apprendre sa première leçon de vraie vie : comment fabriquer un bon gros mensonge existentiel, pour tenir le monde entier dans le creux de sa main. Une recette qui se mitonne comme une opération à coeur ouvert, délicate et vitale, dangereuse, inoubliable. Et un peu douloureuse aussi, forcément.

« La fabrication d'un mensonge », d'Audrey Diwan (éd. Flammarion, 15 €).


 

Commenter cet article

rencontre de mature 27/07/2014 16:05

Ca donne pas envie de se remarier.
Sarah Levy, redactrice en chef de bonjourmaman.net