Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MARIE CLAIRE

Playlist Plaisirs,
Interview de Claire Castillon


   Octobre 2008


Parce qu’il n’y a pas de mal à se faire du bien, une star nous livre ses bonheurs les plus intenses.
Claire Castillon, écrivaine (1).

Le dernier livre que j’ai savouré.
« Le ravissement de Lol V. Stein », de Marguerite Duras. On dit qu’il y a des moments pour lire des livres, et c’est vrai : il y a trois ans, je n’avais pas réussi à entrer dedans, mais cette année il m’a totalement embarquée ! Ca parle d’une terrible blessure amoureuse, dans une langue tellement intense, intelligente et sensible que ça m’a donné envie d’écrire sur le couple.

Le plat que je mets au-dessus de tout.
Le poulet rôti. J’aime son odeur, elle me rassure ... Petite, quand je passais devant les fenêtres d’un appartement où l’on faisait cuire un poulet, je me disais : « Ok, si on m’abandonne ici, ce sera supportable ! » Même chose pour le gratin.

Les petites drogues qui me font du bien.
J’aime la sieste … La volupté de l’endormissement, les rêves (plus étranges que ceux de la nuit), le réveil bizarre, la belle énergie ensuite. J’aime aussi la chaleur : courir en plein cagnard en pensant à l’hiver, crever de chaud, de soif, aller jusqu’au petit vertige ... Délicieux.

Le film qui m’a le plus transportée.
« Dolls », de Kitano. Je suis souvent déçue par la photographie des films. Là, chaque image est un tableau, un spectacle ; ce film est époustouflant de beauté ! Ca a été un vrai coup de cœur émotionnel.

L'instant beauté que je préfère.
Une de mes amies m’a expliqué qu’il fallait respirer très profondément pour élargir les pupilles et embellir le regard. J’y pense une fois tous les trois ans, mais ça me fait hurler de rire, et du coup, j’ai les yeux qui brillent ! Un bon truc de beauté, le rire.

Ma plus belle fête.
Une soirée en amoureux dans une guinguette. Un dîner très simple, des danses rétros, un accordéon, des couples fardés et bien habillés … Il faisait très chaud, on s’est allongés au bord de l’eau, c’était magique.

Le moment de bonheur le plus intense.
Le jour où j’ai cru qu’un homme perdait une dent en m’embrassant et qu’en fait, il déposait une bague dans ma bouche ! Je me suis dit : « Celui-là, c’est un burné sécure » ! Le moment où l’homme qu’on aime nous offre une bague, c’est évidemment bouleversant, mais j’aurais détesté qu’il le fasse de façon classique, comme dans un film. C’était à la fois très beau et très drôle.

L'endroit où je me sens le plus moi-même.
En rase campagne, chez moi, dans le midi. Ce n’est pas coquet, il n’y a pas la mer, mais c’est un lieu de souvenirs, de vacances, d’enfance. Contrairement à Paris, j’y trouve le silence, les arbres, la solitude, l’odeur des murs, de la terre, toute cette paix … Cet endroit me protège, j’y suis au plus près de moi. C’est là que j’écris.


(1) Son dernier livre, "Dessous, c’est l’enfer", a paru le 20 août (ed. Fayard, 17 €).

Tag(s) : #Musique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :