Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


www.holala.fr


Traces du Sacré, une expo barrée


Juin 2008






 

Entre musée de rêve et train fantôme, la dernière expo de Pompidou est un régal.

 

Ici des rires gutturaux (ambiance "Thriller" / Jackson), là des oeuvres de Kandinsky, Munch ou Rothko, le tout dans un itinéraire de salles étrange, tordu comme un labyrinthe conçu par un accro aux acides ... C'est sûr, l'exposition "Traces du Sacré" n'a rien de classique. Et c'est ça qui est bon.

Le thème ? On a vu plus fun, pourtant : Quel est le destin de l'homme ? Quelle place pour la religion ? Quels rapports entre création artistique et spiritualité ? C'est large, philosophique et un peu complexe, de prime abord. On a peur de soupirer de lassitude, perdu entre deux tableaux sanglants de la Passion du Christ et une pépite de l'abstraction discutable, genre monochrome blanc sur fond blanc. Que nenni ! Le Centre Pompidou nous a concocté bien plus fort que ça.

350 oeuvres, 200 artistes, et plus d'un siècle nous entraînent dans un parcours de 24 thèmes. Et autant être prévenu, il y a de quoi devenir fou : les dieux, l'infini, l'invisible, le sacré, la mort, l'ésotérique, le paradis, le sacrifice ... Autant de sujets sulfureux traités par les plus grands, les plus dingues, les plus aventureux, aussi bien en peintures et sculptures qu'en vidéos, assemblages, effets sonores ou tubes lumineux.

(...)


Il est si rare de voir tant d'oeuvres aussi puissantes que variées réunies dans une même expo thématique ! (dit-elle en bondissant d'une joie enfantine, toute excitée sans même avoir pris de drogue). De salle en salle, vous croiserez Man Ray (La Prière, à tomber), Brancusi (l'Oiseau, un classique dont on ne se lasse pas), Mondrian, Chirico (forcément), Friedrich (forcément, bis), Francis Bacon, Duchamp (pas l'urinoir, merci !), Kupka, Picasso (forcément, ter), Victor Brauner, Anish Kapoor, Otto Dix, Emile Nolde, Maurizzio Cattelan (avec son Hitler enfant à genoux), Marcel Janco, Boccioni ... et Kandinsky (soupir énamouré).

Voir l'article en entier sur holala.fr


Max Ernst, La Vierge corrigeant l’Enfant Jésus devant trois témoins : André Breton, Paul Eluard et le peintre, 1926
Huile sur toile - 196 x 130 cm, Museum Ludwig, Cologne
photo : Stadt Köln Rheinisches Bildarchiv, © Adagp, Paris 2008

 

 


Share on Facebook
Tag(s) : #Divers et d'été

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :